La malédiction de la mère qui a perduré pendant des siècles

Une mutation héritée de la mère, et qui entraîne une perte de vision principalement chez les hommes, a persisté dans une famille pendant au moins 290 ans – un exemple rare d’un phénomène évolutif appelé «malédiction de la mère».

La plupart des animaux héritent de leurmère les mitochondries, les centrales des cellules.

Une équipe dirigée par Emmanuel Milot de l’Université du Québec à Trois-Rivières au Canada a retracé l’héritage d’une maladie mitochondriale appelée neuropathie optique héréditaire de Leber (NOHL) chez 2 038 membres d’une famille franco-canadienne élargie entre 1670 et 1960.

Les archives généalogiques montrent que la maladie a été signalée pour la première fois dans la famille d’une femme arrivée de la France au Québec dans les années 1600. En plus de la perte de vision, les descendants de sexe masculin qui ont hérité de sa mutation étaient beaucoup plus susceptibles de mourir en bas âge que les non-porteuses et les femmes.

Les chercheurs disent que cette mutation mortelle aurait été vaincue par sélection naturelle, si elle n’avait pas été étendue le long de la lignée maternelle.

A painting of the mother's curse